7.  L'INVERSION D'EXPERTISE:
CREATION D'UN CENTRE SPECIALISE

Je pense nécessaire la création d'un centre spécialisé dans les difficultés liées au sexe psychologique, l'identité de genre et le travestissement. Ce centre serait destiné aux personnes “transsexuelles”, transgenres, transvestis, et les personnes en questionnement identitaire. Les professionnels travailleraient avec des “personnes représentant” des différentes catégories qui viendraient consulter au centre.

Le centre collaborerait avec des chercheurs et des universitaires de plusieurs disciplines, parce qu'un travail de recherche pluridisciplinaire sera plus productif. C'est le constat que nous avons fait au Centre Georges Devereux. Nous avons beaucoup à apprendre de ces populations.

L'objectif serait aussi de former des professionnels compétents. Une personne, peut-être une assistante sociale, pourrait aider les personnes dans les démarches de (ré)insertion, donner des informations pratiques pour conserver un emploi, trouver un stage, préparer une reconversion professionnelle, obtenir le RMI... Le public concerné est rarement aisé. Il est donc nécessaire que les services offerts par le centre soient gratuits. Il faudra donc trouver un financement de type subventions.

Suite à des échanges avec des personnes concernées, je pense nécessaire de réétudier le travestissement et les paraphilies avec ce dispositif à la lumière des théories queer et ethnopsychiatrique.

Le degré de civilisation d'une société se mesure à sa capacité à intégrer les marges. Ce sont les marges qui font évoluer les “normes” d'une société. En conséquence, nous avons tout intérêt à connaître et respecter les populations marginales.



BIBLIOGRAPHIE

American Psychiatric Association, (1994), Troubles de l'identité sexuelle, in Mini DSM IV, Critères diagnostic, (Washington DC, 1994), trad. fr.: Paris, Milan, Barcelone, Masson, 1996, pp. 250-252.

Association du Syndrome de Benjamin, (1999), “transsexuel(le)s”: communiqué de presse, in L'Identitaire, n°13, pp. 6-7, (ASB - 1, rue Hector Malot - F-75012 Paris).

BOURCIER M-H., (2001), Queer zones. Politique des identités sexuelles, des représentations et des savoirs, (Modernes), Paris, Balland, 247 p.

BRETON J., et coll., (1985), Le transsexualisme: étude nosographique et médico-légale, (Rapport de médecine légale, congrès de psychiatrie et de neurologie, Besançon 1985), Paris, Masson, 205 p.

CHILAND C., (1997), Changer de sexe, Paris, Odile Jacob, 282 p.

CONSEIL DE L'EUROPE, (1995), Transsexualisme, médecine et droit, XXIIIè colloque de droit européen, Université Libre, Amsterdam, 14-16 avril 1993, Strasbourg, Editions du Conseil de l'Europe, 304 p.

CORDIER B., CHILAND C., GALLARDA T., (2001), Le transsexualisme, proposition d'un protocole malgré quelques divergences, in Ann. Méd. Psycol., n°159, pp. 190-195.

CZERMAK M., FRIGNET H. et coll., (1996a), Sur l'identité sexuelle: à propos du transsexualisme, (Le discours psychanalytique), Paris, Association Freudienne Internationale, 582 p.

CZERMAK M., FRIGNET H. et coll., (1996b), Sur l'identité sexuelle: à propos du transsexualisme. Actes des journées du 30 novembre et 1er décembre 1996, (Le discours psychanalytique), Paris, Association Freudienne Internationale, 444 p.

DOUCÉ J. et coll., (1986), La question transsexuelle, Paris, Lumière & Justice, 259 p.

DOUCÉ J., (1986), Quelques observations d'un psychologue praticien, in La question transsexuelle, DOUCÉ J. et coll., (1986), Paris, Lumière & Justice, pp. 129-139.

DUAL S., (1999), Rencontre du troisième sexe, Editions Gérard Blanc, 239 p.

FAUTRAT P., (2001), De quoi souffrent les transsexuels?, (une pensée d'avance), Paris, Editions des archives contemporaines, 142 p.

HOKARD A., (1980), La transsexualité, quelle(s) solution(s) pour quel problème?, in La question transsexuelle, DOUCÉ J. et coll. Eds., (1986), Paris, Lumière & Justice, pp. 39-44.

Joëlle, (1999), Va te faire implanter!, in L'IDentitaire, n°15, Paris, ASB, p. 2.

LACAN J., (1996), Entretient avec Michel H., in Sur l'identité sexuelle: à propos du transsexualisme, CZERMAK M., FRIGNET H. et coll. Eds., (1996a), (Le discours psychanalytique), Paris, Association Freudienne Internationale, pp. 311-353.

MERCADER P., (1994), L'illusion transsexuelle, Paris, L'Harmattan, 297 p.

MILLOT C., (1983), Horsexe. Essai sur le transsexualisme, Paris, Point hors ligne, 141 p.

NATHAN T., (1993), Fier de n'avoir ni pays, ni ami, quelle folie c'était... Principes d'ethnopsychanalyse, La pensée sauvage, Grenoble, 151 p.

NATHAN T., (1994), L'influence qui guérit, Odile Jacob, 350 p.

NATHAN T., (1997), Spécificité de l'ethnopsychiatrie, in La guerre. Nouvelle Revue d'Ethnopsychiatrie, n°34, Grenoble, La pensée sauvage, pp. 7-24.

OMS, (1993a), F64.x Troubles de l'identité sexuelle, in CIM-10 / ICD-10 Classification internationale des troubles mentaux et des troubles du comportement. Critères diagnostic pour la recherche, Genève, Paris, Masson, pp. 192-199.

OMS, (1993b), F64.x Troubles de l'identité sexuelle, in CIM-10 / ICD-10 Classification internationale des troubles mentaux et des troubles du comportement. Descriptions clinique et directives pour le diagnostic, Genève, Paris, Masson, pp. 123.

PRECIADO B., (2000), Manifeste contra-sexuel, (Modernes), Paris, Balland, 157 p.

REID R.W., (1995), Aspects psychiatriques et psychologiques du transsexualisme, in Transsexualisme, médecine et droit, XXIIIè colloque de droit européen, Université Libre, Amsterdam, 14-16 avril 1993, CONSEIL DE L'EUROPE Eds., (1995), Strasbourg, Conseil de l'Europe, pp. 25-51.

REUCHER T., (2000), La sexualité des “transsexuels” (syndrome de Benjamin). Approche ethnopsychiatrique, mémoire de Maîtrise de psychologie clinique et pathologique, sous la direction de Nathalie ZAJDE, Université Paris 8, 110 p., et Annexes, 129 p. disponibles au Centre Georges Devereux, Paris 8.

Rochelle, (2001), La normalité... l'anormalité. La vie bascule à une apostrophe près!, in L'IDentitaire, n°23/24, p. 4, (ASB c/o Relais 59 - 1, rue Hector Malot - 75012 PARIS).

SERRE A., CABRAL C., CASTELLETTI S., BRUNET J-B., DE VINCENZI I., (1994), Recherche-action auprès des transsexuels et travestis prostitués à Paris, in Bulletin épidémiologique hebdomadaire, n° 20/94, pp. 89-90.

SIRONI F., (1997), L'universalité est-elle une torture?, in La guerre. Nouvelle Revue d'Ethnopsychiatrie, n°34, Grenoble, La pensée sauvage, pp. 43-57.

SIRONI F., (1998), L'ethnopsychiatrie au service des vétérans russes de la guerre d'Afghanistan, in Le Journal des psychologues, n°160, septembre 98, pp. 52-57.

SWERTVAEGHER J-L., (1998), De la transsexualité au transsexualisme: un sacrifice moderne? Approche ethnopsychiatrique de la question transsexuelle, mémoire de DESS de psychologie clinique et pathologique, sous la direction de Françoise SIRONI, Université Paris 8, 117 p., disponible au Centre Georges Devereux, Paris 8.

SWERTVAEGHER J-L., (1999), Que sont devenues les personnes réassignées. Approche ethnopsychiatrique de la “transsexualité”, mémoire de DEA de psychologie clinique et pathologique, sous la direction de Tobie NATHAN, Université Paris 8, 140 p., disponible au Centre Georges Devereux, Paris 8.

VANNEREAU D., (1986), La sémantique et ses mensonges, in La question transsexuelle, DOUCÉ J. et coll. Eds., (1986), Paris, Lumière & Justice, pp. 127-128.

VAROQUI S., (1985), Une enquête auprès des transsexuels du C.C.L., in La question transsexuelle, DOUCÉ J. et coll. Eds., (1986), Paris, Lumière & Justice, pp. 141-147.

WITTIG M., (2001), La pensée straight, (Modernes), Paris, Balland, 157 p.



GLOSSAIRE

Attirance amoureuse et sexuelle: orientation sexuelle (ou choix d'objet), c'est-à-dire hétérosexualité, homosexualité, bisexualité et asexualité (sans attirance).

Crédible, crédibilité: passer dans le sexe revendiqué, avoir acquis les caractères sexuels secondaires de l'autre sexe ce qui fait que la personne “transsexuelle” est reconnue physiquement comme appartenant à son sexe psychologique.

CRS: chirurgie de redétermination sexuelle ou chirurgie de réassignation sexuelle ou chirurgie de réadaptation sexuelle.

Genre: représentation sociale des valeurs féminines et masculines attribuées aux deux sexes et constituant une “norme”.

Identité de genre ou identité sexuée: féminité et masculinité.

Identité sexuelle: appartenance à une catégorie sexuelle identitaire (homosexuelle (gay ou lesbienne), hétérosexuelle, bisexuelle et asexuelle).

Maladie: inverse de syndrome. Ensemble de signes et de symptômes qui caractérisent une problématique médicale dont on connaît la cause et l'origine. Voir syndrome.

Métamorphose: transformation hormonale et, le plus souvent, chirurgicale. Voir transition.

Parcours: période de transformation ou métamorphose physique qui inclu le changement d'état-civil.

Queer: insulte homophobe états unienne.

Rôles sexués ou rôle de genre: comportement social correspondant à chacun des sexes.

Sexe psychologique: sentiment d’être fille/femme ou d’être garçon/homme.

Syndrome: inverse de maladie. Ensemble de signes et de symptômes qui caractérisent une problématique médicale dont on ignore la cause et l'origine. Voir maladie.

Syndrome de Benjamin: SB, “transsexualité”.

Syndrome Benjamin féminin: SBF, “transsexuelle”, conversion homme vers femme (MtF male to female).

Syndrome Benjamin masculin: SBM, “transsexuel”, conversion femme vers homme (FtM female to male).

Théorie ethnopsychiatrique: théorie psychologique qui permet aux représentants des groupes de prendre la parole et de constituer une inversion d'expertise. Les féministes parlent des féministes, les gays des gays, les lesbiennes des lesbiennes, les transgenres des transgenres, les “transsexuels” des “transsexuels”... Ce ne sont plus des personnes étrangères aux différents groupes qui font du discours “sur” mais des personnes qui parlent de leurs propres groupes. Voir théorie queer.

Théorie queer: théorie sociologique dans laquelle les représentants des groupes prennent la parole et constituent une inversion d'expertise. Les féministes parlent des féministes, les gays des gays, les lesbiennes des lesbiennes, les transgenres des transgenres, les “transsexuels” des “transsexuels”... Ce ne sont plus des personnes étrangères aux différents groupes qui font du discours “sur” mais des personnes qui parlent de leurs propres groupes. Voir théorie ethnopsychiatrique.

Transformation: hormonale et, le plus souvent, chirurgicale. Voir transition.

Transition: parcours de changement de sexe. Voir transformation.

Trans: “transsexuels/les”, transgenres et transvestis. Il y a autant de différence entre “transsexuel” et transgenre qu'entre “transsexuel” et transvesti et qu'entre transgenre et transvesti. Bien qu'ayant des points communs, ce sont des réalités différentes. Voir “transsexuel”, “transsexuelle”, transgenre, transvesti.

Transgenre: Même s'ils y réfléchissent, les transsexuels/les ne remettent pas en cause les rôles sexués ni les genres, ce qui n'est pas le cas des transgenres qui ne cherchent pas forcement à être reconnus socialement comme femme ou homme. Leur positionnement est plus politique car ils remettent en cause les genres. Ils peuvent modifier tout ou partie de leur corps, prendre ou non des traitements hormonaux. Contrairement aux “transsexuels/les”, les transgenres ne revendiquent pas forcément un changement d'état-civil (sexe et prénom(s)). Ils ne cherchent pas à correspondre à un genre en particulier. Ils peuvent changer de genre selon leur besoin. En ce sens ils réalisent une performance de genre. Les deux groupes utilisent des techniques de transformation corporelles.

“Transsexuel”: syndrome Benjamin masculin, SBM, conversion femme vers homme (FtM female to male).

“Transsexuelle”: syndrome Benjamin féminin, SBF, conversion homme vers femme (MtF male to female).

Transvesti/e ou travesti/e: les deux termes recouvrent la même réalité. Port des habits de l'autre sexe d'une façon non continue, pas de modification corporelle (hormones, chirurgie). Contrairement à l'idée répandue, les femmes sont aussi concernées.



MOTS CLES

Transsexuelle, transsexuel, transsexualité, transsexualisme, syndrome de Benjamin, ethnopsychiatrie, théorie queer, traumatisme, psychothérapie, psychopathologie, diagnostic, auto diagnostic.



RESUME

La rencontre avec la théorie queer m'a permis de donner une autre dimension à la question “transsexuelle”. Ainsi la sociologie rejoint l'ethnopsychiatrie. La théorie queer est à la sociologie ce que l'ethnopsychiatrie est à la psychologie.

Les paroles performatives, pourtant étudiées en Deug et licence, ne me sont pas apparues aussi pertinentes qu'à la lumière de la théorie queer. Ainsi, je trouve qu'elles rejoignent les paroles agissantes de Lucien HOUNKPATIN (dont je n'ai pas les références, je crois que c'est sa thèse).

L'inversion d'expertise est l'autre volet où se rencontrent ces 2 théories.

L'effraction que provoque la question “transsexuelle” chez les différents interlocuteurs que rencontrent les “transsexuels” relève de la frayeur. Elle est visible chez les experts “psys” et transparaît dans leurs écrits. De ce fait ils ont une vision déformée de la question “transsexuelle”, et restent accrochés à des théories inefficaces pour la comprendre. Ils ne peuvent pas offrir d'aide adaptée aux personnes concernées. Ils montrent une profonde méconnaissance de la question “transsexuelle” et sont incapables d'apprendre de leurs patients. Leur approche diagnostique qui découle de leur vision les maintiennent 20 ans en retard, et la rigidité de leurs critères n'évite pas les erreurs, tout en faisant souffrir inutilement les personnes par des pratiques qui constituent une “véritable maltraitance” théorique au sens de Françoise SIRONI.

Je donne des exemples de façon de faire avec des personnes qui se disent “transsexuelles”, ainsi que des témoignages qui étayent mes propos.

Je décris la pratique du groupe de recherche et des suivis que nous avons eu et leurs effets.

Pour finir, je propose de mettre en oeuvre l'inversion d'expertise par la création d'un centre spécialisé dans l'accompagnement, l'aide au diagnostic, la psychothérapie et le suivi des personnes “transsexuelles”, transgenres, transvesties et les personnes en questionnement identitaire. Gratuité des services pour les usagés, collaboration avec des chercheurs et des universitaires de plusieurs disciplines pour la recherche, formation de professionnels compétents, seraient parmi ses principaux objectifs.

Le degré de civilisation et d'humanisme d'une société se mesure à sa capacité à intégrer les marges, à accepter la diversité et la complexité des humains. Ce sont toujours les personnes situées au-delà des modèles conformistes qui font évoluer les normes d'une société. Nous avons beaucoup à apprendre de ces populations.

Mis en ligne le 11/11/2003. Mis à jour le 05/04/2004.


         

Hit-Parade des sites francophones